Appelez-nous: 03 82 33 31 31

Les news de Agir Immo

Metz : abondance de logements à vendre

L' Obs

 Publié26-03-2015 à 10h06Mis à jour le 03-04-2015 à 13h45

L’opportunité d’accéder à la propriété dans de bonnes conditions ne durera pas forcément, et, même si l’obtention d’un prêt reste difficile, c’est sans doute le moment de se lancer dans un achat POL ÉMILE – SIPA
L’opportunité d’accéder à la propriété dans de bonnes conditions ne durera pas forcément, et, même si l’obtention d’un prêt reste difficile, c’est sans doute le moment de se lancer dans un achat POL ÉMILE – SIPA

 

Après deux années de baisse des prix significative (environ 7 % par an), l’attentisme prédomine encore sur le marché immobilier messin. Pourtant, avec une abondance de biens en faible renouvellement, l’opportunité d’accéder à la propriété dans de bonnes conditions ne durera pas forcément. “Moins présente qu’il y a quelques années, la clientèle acheteuse demeure. Elle a, pour un budget plus réduit, des exigences plus fortes en termes de localisation, de finitions, d’isolation, de stationnement ou de positionnement dans les étages. Quand elle fait preuve de souplesse dans ses critères de sélection, l’achat aboutit rapidement”, analyse Jean-Yves Roth, gérant de Roth Century 21.

Un apport nécessaire de 10 %

A condition de remplir les conditions draconiennes posées par les banques, de plus en plus souvent avec l’appui d’un courtier. “Même pour devenir propriétaire en déboursant l’équivalent du prix d’un loyer, un apport de 10 % du coût de l’opération reste requis”, explique Jean-Yves Roth. Selon le courtier Cafpi, le prêt immobilier moyen sur Metz est de 169.000 euros avec 21.000 euros d’apport sur une durée de 19 ans et demi.

En empruntant aujourd’hui 180.000 euros sur 25 ans à 2,70 %, la mensualité s’élève à 825 euros, contre 930 euros il y a un an. Autrement dit, l’acquéreur bénéficie d’une enveloppe supérieure de 25.000 euros à mensualité constante, sur un an, compte tenu des taux historiquement bas. Nous utilisons tous les leviers pour boucler un dossier. Les acquéreurs peuvent solliciter le prêt à l’accession sociale, l’écoprêt à taux zéro et le crédit d’impôt transition énergétique, trois solutions qui peuvent être cumulées.

A Metz, les trois-quarts de la population entrent dans les critères d’éligibilité d’un prêt à l’accession sociale”, souligne Jessy Julien, directeur régional Est-Nord de Cafpi.

Autre évolution : “Les moins de 40 ans sont devenus très urbains. Ils cherchent à accéder à la propriété dans le centre-ville ou à proximité de la gare, en étant très sensibles aux économies d’énergie et aux charges de copropriété. Ils veulent maîtriser leur budget et se constituer un patrimoine”, assure Marie Lebeau de la Fnaim Moselle.

Des opportunités dans le neuf

Avec un stock important et peu de programmes qui sortent de terre (avec un délai de 24 à 30 mois), il faut aussi prospecter dans la promotion neuve, où l’acquéreur peut tenter de négocier à la marge des prix déjà intéressants (autour de 2.700 €/m² en périphérie de Metz). “Entre les beaux appartements du sommet et le rez-de-chaussée, l’amplitude de prix s’est fortement accentuée. Dans l’investissement locatif, on observe un regain avec le dispositif Pinel, plus intéressant que le précédent”, observe Didier Godfroid, vice-président de la FPI Alsace-Lorraine.

Avec 20 % de vacance, les loyers ont légèrement baissé. “Les propriétaires doivent se faire conseiller par un professionnel de l’immobilier qui pourra leur apporter des solutions afin d’optimiser leur investissement locatif, par le biais, par exemple, de conventions signées avec l’Anah permettant unabattement fiscal sur les recettes locatives en échange d’un loyer intermédiaire, et d’être ainsi plus concurrentiels sur le marché”, suggère Marie Lebeau.

FRANÇOIS SIMONESCHI

Seniors : le devoir d’accompagner un changement de société

“La Lorraine sera l’une des régions les plus concernées par le vieillissement de la population, avec 200.000 seniors supplémentaires dans les 15 prochaines années. Il faut donc prévoir un habitat adapté dans des communes capables de les accueillir et dans des quartiers commercialement animés. Les seniors pourraient ainsi préserver leur vie sociale et libérer des maisons. Ce mouvement de population inéluctable doit s’anticiper, en termes de construction et de moyens de transport en commun, mais également en termes d’urbanisme commercial. Or si l’on n’utilise pas des outils de prospective comme l’Aguram pour accompagner ce changement de société, on risque de connaître de nouvelles aberrations urbaines, telles que le déplacement de plusieurs hôpitaux majeurs de Metz dans le même secteur de l’agglomération.”

Bruno Valdevit, président de l’Aguram (Agence d’urbanisme d’agglomérations de Moselle)

 

*http://tempsreel.nouvelobs.com/

admin

Sid Ouadah

Votre super agent chez Agir Immo.

Les commentaires sont fermés